Auteurs Edités·Dans votre bouquinerie

Les changements du monde – Olivier Giscard d’Estaing

Alors, pour lire ce bouquin, il faut faire un tour de passe passe assez acrobatique : oublier le nom de l’auteur, afin de ne pas être dirigé dans un sens politique, mais garder très fort à l’esprit son phrasé riche et ampoulé…. à partir de là, « Ch’est un régal »!!!!

« Il faut avoir le courage de changer ou de résister. Cela suppose une capacité de comprendre, de subir ou de mettre en œuvre les changements. La résistance au changement est bien naturelle : on sait ce que l’on perd, on ignore ce qui nous attend. »

Au travers du récit de rencontres et d’événements marquants, Olivier Giscard d’Estaing se place comme le narrateur de bien des générations, celles qui ont forgé le XXe siècle, période riche en transformations.

Il prévoit les changements qui se produiront dans l’avenir.

Ce livre nous propose une rétrospective des changements fondamentaux du monde et leurs acteurs, de 1930 à nos jours, et des petites et grandes révolutions qui ont façonné notre quotidien.

C’est non sans humour que l’auteur aspire à nous faire partager sa plus grande passion : changer le monde.

Nous ne sommes donc pas dans un écrit politique, bien que, forcément, le point de vue de l’auteur est parfois dirigé…. Mais, il est bon, à mon sens, de lire ou d’entendre des opinions qui ne sont pas les nôtres….

Objectivement, Olivier Giscard d’Estaing a la plume distinguée et délicate que l’on attend de lui. Nous sentons, tout au long de ce livre, son immense culture historique, et sa passion pour notre monde. Il s’agit ici d’une rétrospective simple, voire survolée du XX° siècle, mais nous ne nous attendons pas à plus au vu du nombre de pages (115 ) . Néanmoins, c’est percutant, et efficace! C’est, en somme, une base, une direction pour creuser des points qui pourraient nous interroger.

En plus de son savoir passionnant, l’auteur nous régale par sa tendresse pour les personnes qui l’entourent. Alors, bien sûr, il est bon de prendre les passages concernant son frère, notre ancien président, avec des pincettes, mais, honnêtement, comment faire autrement?

Deux points à souligner cependant. Forcément ce côté politisé qui est clairement dirigé et parfois, à mon sens, injuste (mais il ne s’agit là que d’un avis personnel!!!).

Mais surtout, dans un chapitre traitant des personnalités qui ont changé le monde, j’aurais attendu d’un homme aussi cultivé un avis moins tranché : il est, par exemple et toujours à mon sens, un peu trop sympatoche avec Kennedy…. j’aurais aimé qu’il n’aborde pas que les bons côtés de telles personnalités, cela m’aurait semblé plus honnête…

En conclusion, une bonne rétrospective des changements du XX° siècle, imagé par une culture énorme, mais des avis trop tranchés par moment…. Une bonne base de réflexion, mise en lumière par un personnage haut en couleurs!

Et le trouve ici! https://www.bouquinerie.me/product-page/les-changements-du-monde-les-aventures-d-une-vie-olivier-giscard-d-estaing

 

Publicités
Auteurs Edités·Dans votre bouquinerie

Aventures Arcanes : Périple sur la Sente de Passemonde – S. de Sheratan

Aventures Arcanes est une nouvelle série d’Heroïc Fantasy mis en avant par la maison d’édition « La Compagnie Littéraire ».

Le premier tome « Périple sur la Sente de Passemonde » est disponible dès maintenant dans votre bouquinerie!

« Depuis son petit balcon perché au sommet d’une tour du 232e secteur, Éphriarc contemple les dédales vertigineux de la cité d’Arcensiès, mégapole tentaculaire des Terres de l’Ouest. Sous la chape d’un épais nuage de pollution, l’horizon industriel semble s’étendre à l’infini.

Pourtant, loin d’ici, dans les Terres de l’Est, règne encore la magie. À l’invitation de Mirfasal, imposant et mystérieux guide, Éphriarc et ses alliés atypiques s’aventureront sur la Sente de Passemonde pour un voyage initiatique où ils feront d’intrigantes et périlleuses rencontres. »

Quand la « Compagnie Littéraire » m’a contacté pour me proposer ses bouquins, j’ai sauté sur celui ci, grâce à sa belle couverture! Et, de ce côté là, j’ai eu raison : la couverture est belle, bien illustrée par des dessins qui nous emmènent dans l’univers des héros. La mise en page est travaillée, avec des motifs discrets sur chacune d’entre elles, une belle idée cadeau!

Passons (quand même) au contenu : j’ai eu peur en ouvrant le bouquin de me retrouver dans un roman de SF (cf ma précédente chronique sur l’Imagerie). L’histoire s’ouvre sur un monde mécanisé et déshumanisé.

Heureusement, Ephriarc et Mirsafal changent rapidement de monde et se retrouvent dans un univers Fantasy, médiéval comme je les aime! L’ambiance est clairement Brocéliande, les personnages nous entraînent avec eux, les créatures sont belles et terrifiantes à la fois….. Super, me direz-vous?

A part que……

La romance Gay entre les deux héros ne m’a clairement pas touchée….. Certes, la romance n’est pas mon domaine de prédilection, mais là, en plus….. qu’est ce que ça vient faire ici? Les aventures des personnages, leurs histoires d’amour, les batailles, les avancées dans les forêts  lugubres, ne justifient absolument pas cette histoire d’amour adultère et …. bizarre qui semble s’incruster dans l’histoire. Attention, ce n’est pas le fait qu’elle soit gay qui est gênant, mais plutôt la façon dont l’auteur en parle qui me semble….malsain… Il n’y a d’ailleurs pas que cette « romance » (bien qu’on ne puisse définitivement pas la qualifier de telle, d’ailleurs), qui me gêne. Prenons pour exemple ce passage où Ephriarc s’endort, à cause d’un sort de sommeil, en regardant une magnifique créature se déshabiller pour se baigner dans un superbe étang, avant de se faire enlever par les gros vilains méchants. La scène pourrait être idéale : la créature merveilleuse, Ephriarc sous le charme, le sort de sommeil, et l’élément perturbateur : les gros méchants poilus qui enlèvent la Belle, et la troupe de héros qui part à sa poursuite. On est bons, non? A part que, formulé comme le fait l’auteur, Ephriarc ne l’admire pas, il la mâte, clairement. D’ailleurs, il se réveille avec une tâche suspecte sur son entre jambes, et ses potos qui le chambrent…. « Warf warf warf et on lui tape sur l’épaule »…

Alors, pardon, mais à ce moment précis, on m’a perdue….. J’ai clairement finit ce bouquin par obligation, et sans aucun plaisir.

Tout n’est cependant pas à jeter, néanmoins, l’ambiance Héroïc Fantasy est clairement respectée, la construction de l’aventure est bonne, les personnages prenants…. c’est juste la façon d’écrire de l’auteur qui m’a larguée…. alors, oui, je suis prude et vieille France (je m’apprête à chroniquer en suivant un bouquin d’Olivier Giscard d’Estaing, alors, vous voyez un peu…), et je pense, tout simplement, que ce livre est plus écrit pour un lectorat masculin…!

Pour les curieux, vous le trouvez ici : https://www.bouquinerie.me/product-page/aventures-arcanes-p%C3%A9riple-sur-la-sente-de-passemonde-s-de-sheratan

 

Auteurs Edités·Dans votre bouquinerie

A l’ombre des Peupliers – Bérénice Gastian

A l’Ombre des Peupliers raconte l’histoire d’une famille sur plusieurs générations.

C’est avec beaucoup de tendresse que Bérénice Gastian nous relate la vie de ses ancêtres depuis le début siècle.

Des récoltes aux vendanges, des accouchements aux mariages, nous apprenons, à travers la plume de l’auteur, la façon de vivre des anciens.

Les ravages des Grandes Guerres, la douleur des deuils, sont réconfortés par l’amour immense que se porte cette belle famille.

Et les effluves des tartes aux pommes et à la cannelle nous bercent, quand nous voyons les premiers pas de Malou ou de Josepha sous la grande table familiale.

C’est en trois tomes que Bérénice nous raconte son histoire, et ce premier nous décrit avec force de détails la vie d’avant.

De l’Aude catholique au Tarn protestant, les mariages se font au rythme des tueries, des progrès, de la tendresse, qu’elle soit éclairé à la chandelle ou à l’électricité!

Auto édités et indépendants·Dans votre bouquinerie

Arbre de vie – Vivien Caquot

Au détour d’une Abbaye, hier, lors d’un marché aux livres, j’ai croisé un auteur…

Vivien Caquot est hypnothérapeute, et a l’habitude de travailler avec les enfants.

Artiste dans l’âme, c’est avec tout son naturel qu’il a décidé de décliner ses textes amorçant la réflexion interne de nos loulous en un recueil de contes. C’est cadeau!

« Arbre de vie, 3 contes d’éveil en conscience » décline trois sentiments difficiles à exprimer pour nos têtes blondes en jolis textes à partager en famille. Et là, on lui dit « Merci Monsieur »!

« La petite feuille et la fée » va aborder la difficulté de trouver sa place en tant que soi dans notre entourage. Rater un penalty, ne jamais gagner à la bataille, se sentir un peu isolé dans la cour de récré, assumer son savoir ou ses difficultés dans un groupe, c’est ce que peuvent vivre nos enfants sans trop savoir, ou vouloir, nous l’exprimer directement.

« Hollen, le rêve d’un lutin », va apprendre à l’enfant à gérer ses peurs. Je n’en dirais pas plus pour l’instant, car c’est le premier texte choisi par mon loulou de 5ans et demi pour vous en parler…

« Grand mère Gnome et la petite fille », en tant que mère, épouse, sœur et amie, est mon préféré, car on va y apprendre à définir la notion d’amour. Et Dieu sait s’il est difficile et primordial de l’expliquer et de l’inculquer à nos enfants. Vivien va nous balader à travers une douce forêt, face à nos ennemis et à nos proches, pour nous apprendre la base des sentiments.

Je dis « nous », car, si ce recueil est avant tout destiné aux enfants, il est bon pour nous, adultes, de se poser un moment et de méditer sur ce que nous venons de lire à nos loulous.

En parlant de loulous, je vais laisser la parole à mon trésor pour vous parler de « Hollen, le rêve d’un lutin ».

« J’ai choisi Hollen, car les lutins, c’est rigolo et c’est magique! Ce que je n’ai pas aimé : Hollen a peur de raconter ses rêves aux enfants, et j’aime pas quand ça fait peur. L’histoire est longue, et on ne sait pas si Hollen va réussir à ne pas avoir peur. Le loup, il n’a jamais à manger, et il part, ce n’est pas juste ».

« Ce que j’ai aimé : la forêt à l’air jolie, on imagine les arbres et les lutins qui jouent. Les lutins deviennent invisibles et se cachent… c’est rigolo car ils ne peuvent pas se trouver!!! On parle beaucoup de la neige qui est blanche, ça me calme. Le rocher qui parle, c’est drôle! Et le trou qui s’ouvre dans la terre, j’ai trouvé ça chouette. J’ai bien aimé qu’on soit qu’avec maman et papa et le chien pour lire. Je n’ai pas trop compris, mais c’est bien parce qu’après, on en a discuté tous ensemble, et j’ai compris que la peur s’en va quand on arrête de penser à elle! »

Donc, vous l’aurez compris ( Hollen le lutin est une histoire un peu longue et compliquée, et mon fils n’était pas bien concentré sur le moment), les contes de Vivien sont autant d’histoires que de supports pour amener les enfants à la réflexion et au dialogue sur leurs sentiments. Pour les initiés à la méditation et à l’ancrage, la présence des arbres, des couleurs, de la terre et des odeurs est très présente. Sans support visuel, cela incite les enfants à se concentrer, à se détendre, pour entrer dans le monde fantastique de Vivien.

Un premier recueil, qui n’est pas le dernier, que je recommande comme support ludique pour encourager l’imaginaire et la parole de nos enfants. Ah, et, parce qu’après les enfants, il y a nous, on peut se consacrer un moment de lecture et de profonde détente pour s’interroger, nous, sur les bases que nous voulons leur transmettre, mais sans prendre le temps de nous interroger réellement sur nos ressentis!

Un tendre tête à tête avec nos progénitures, mais avec nous aussi!

 

 

Auteurs Edités·Dans votre bouquinerie·Prix des auteurs inconnus 2017

Prix des auteurs inconnus : Les Sexes électriques – Mitch

Capturecoup de coeur

Je remercie tout d’abord Mitch pour m’avoir envoyé son bouquin, par contre, je le remercie un peu moins pour mes cernes ce matin….. Attaqué hier soir, terminé dans la nuit!!!

Les Sexes Électriques faisait donc partie des présélections du Prix des Auteurs Inconnus. S’il n’a pas été retenu, les organisatrices nous ont offert la possibilité de nommer notre coup de cœur,   afin de le chroniquer.

Un petit coup de pression donc en l’attaquant hier, par peur d’être déçue. Quelle surprise!!! Je ne m’attendais pas à cela (je n’ai pu lire que les 10 premières pages lors des présélections)! Mais absolument AUCUNE déception!!!

On y suit donc une bande de quadragénaires moyens, avec le parfait attirail du pauvre raté : le divorce, les pensions, la bedaine et les mocassins. Et, bien sûr, le pauvre espoir des cons qui bossent dans une boîte de vente par téléphone, et qui pensent encore pouvoir toucher une prime, miroitée par de sombres connards en costume sur mesure…. Un nouvel employé va bouleverser leur destins suicidaires, et les emmener là où ils n’auraient jamais pensé pourvoir aller… ou bien, est ce eux qui emmèneront le pauvre raté dernier arrivé là où lui a toujours décidé d’aller?

Alors, à la lecture des premières pages, je pensais plonger dans un univers à la Bukowski, avec ses putes, sa noirceur bouillonnante et ses mégots froids. Bon, déjà, ici, personne ne fume… Les putes n’en sont presque pas, où ne sont pas là où on le pense. Mais c’est sur la noirceur bouillonnante  que je me suis complètement plantée! Car le héros va offrir un fabuleux espoir à ses congénères en mocassin, jusqu’à atteindre lui même une fulgurante ascension sociale qui le mènera clairement au nirvana! En revanche, la plume caustique est bien là, et Mitch ne prend pas de gants pour décrire la décadence affligeante de la société dans laquelle nous vivons! Amis de la poésie, au revoir!!!

Ça grince, ça brûle, ça pique, ça fait mal là où ça fait mal, mais bon dieu qu’est ce qu’on rit!!!! L’auteur nous emmène, l’air de rien, dans un univers aussi stupide que merveilleusement décalé!!!!

Alors, c’est sûr, si vous venez de lire le dernier Nothomb, ça va piquer un peu!

Mais c’est un des auteurs que j’adore, totalement inclassable, qui assume pleinement son histoire, son vocabulaire Bip Biip Biiiip, et qui, en plus, nous offre une vision de notre société totalement juste!!!

Un coup de cœur qui s’est révélé être bien plus que ça!!

Bravo bravo bravo!!!!

Auto édités et indépendants·Dans votre bouquinerie

Il était une fois deux vies – Pascal Fragiacomo

L’histoire d’une vie ballottée, courue, vécue, malmenée parfois, d’un enfant avec ses yeux d’adulte.

Pascal revient donc sur son enfance, sa vie, ses parents, avec cette candeur d’enfant qu’il a su conserver.

Depuis la fuite de l’Algérie, un déracinement, une insertion difficile dans un pays qui est le vôtre sans l’être.

Un petit tour de France au rythme des mutations de son père instituteur, au détour des amours perdus et des amitiés découvertes.

Jusqu’à son arrivée à Castres, grâce à sa passion du rugby, en passant par les tours des ZUP parisiennes, c’est avec beaucoup d’humour que Pascal nous parle de sa vie, de ses bonheurs, de ses dangers, jusqu’à une fine analyse de la religion, qu’il a du subir au lieu de pouvoir aimer.

Un humour donc très présent, des tours de mots bien menés, mais qui semble cacher une certaine souffrance, entre dite avec beaucoup de pudeur.

Une invitation a entrer dans son intimité, qui est offerte au travers des mots!

On le trouve bien sûr à la boutique, mais aussi ici! :

https://www.bouquinerie.me/product-page/il-%C3%A9tait-une-fois-deux-vies-pascal-fragiacomo

Auto édités et indépendants·Dans votre bouquinerie·Ecrits, Pensées, qui Content

Les Auteurs en Terrasse – Rencontre d’Auteurs Indépendants

Inked21768736_520252104979794_5778389069693024970_o_LI21764795_1819249304782317_9178568143514758806_n

 

Une belle journée vous a été proposée par votre bouquinerie En Forme de Graal!!!

Des auteurs de la région sont venus vous présenter leurs livres! Karl Quartino, Fabrice Gutierrez, Michel Chandelier, Pascal Fragiacomo, Chantal Fabrega, Sarah Lacote, Marie Dumas et Mélanie Talcott se sont donnés rendez vous sous un radieux soleil de Septembre, pour votre plus grand bonheur! Autour d’une table, sur un pouf, devant un thé, mais toujours avec générosité, ils nous ont offert un superbe moment!!

Vous avez eu l’immense chance de pouvoir les écouter lire leurs textes, tout cela dans un décor cosy, propice à la détente : coussins, tables basses tapis, lustres, fleurs, plantes vertes…. le « salon » des auteurs indépendants, c’était une grande première dans le Sud Ouest!!!

Ainsi, les promeneurs du samedi ont été surpris, au détour d’une rue pavée, de pouvoir s’installer et profiter de ces lectures… un instant exceptionnel, rempli d’émotions!!

Mais au delà de vous rencontrer, ils se sont découverts entre eux! Autour d’un bon repas le midi, ils ont pu partager, débattre, rire… Encore un autre aspect de cette journée placée sous le signe du partage!!!

Le splendide Hôtel de Neyrac a donc abrité de son ombre bienveillante un instant de culture, de complicité, et de joie… La place Gabarrou a été animée de rires, et cela n’a pas de prix!!

Merci donc à vous auteurs, amis, clients, qui m’ont fait confiance et ont participé à cette journée!! Nous avons pu prouver tout ce que votre bouquinerie peut vous offrir!!! Castres a pu se vanter d’être la première ville du Sud Ouest a consacrer un tel événement aux auteurs indépendants!

La seule ombre au tableau fut néanmoins le manque de fréquentation. Comme vous avez pu le lire, ce fut une journée exceptionnelle, mais trop peu partagée par les lecteurs. Il faisait beau, il y avait une foire, il fallait faire les courses, nous avons oublié, « l’eau était trop humide »…. tant de raisons qui se comprennent. Pour autant, la mise en place d’un tel événement ne peut se faire sans vous, lecteurs, qui êtes l’essence et la raison de notre implication commune. Alors, certes, les autorisations définitives sont arrivées trop tard pour faire une promotion plus importante, mais…. il y a eu des affiches, des articles, une émission de radio… Le bouche à oreille, les passants le jour J…. La visibilité de la journée a été largement relayée, suffisamment pour que ce soit un succès complet. Mais vous n’avez pas été là, et cela remet en question l’organisation de futures animations. Votre bouquinerie met un point d’honneur a rendre la culture accessible à tous, grâce à ses petits prix, à ses auteurs inconnus, à son implication dans l’organisation de moments de partage et de rencontres. Pour que ces animations perdurent, pour que le centre ville voit ses quartiers animés de telle sorte, pour que des lecteurs puissent se faire plaisir, cela dépend aussi de vous!

En attendant, les livres proposés samedi sont toujours disponibles à la boutique, ainsi que les chroniques s’y référant sur ce blog!