Auto édités et indépendants

Sous son emprise, Tome 1 la Proie – Aloïsia Nidhead

Merci tout d’abord à Virginie de m’avoir fait découvrir cette jeune auteure!

Voici un bouquin bien sympathique, mais qui m’a tout de même laissée mi-figue, mi-raisin…. Je vous laisse tout d’abord découvrir l’histoire :

Fraîchement sortie d’une histoire d’amour qui lui a laissé un goût amer, Estelle ne pensait pas retomber si vite amoureuse. Trop vite peut-être… Installation, projets communs, les événements s’enchaînent rapidement. Paul est un jeune homme charismatique. Toujours volontaire pour aider son prochain, il est très apprécié dans la région, ce qui laisse penser à Estelle qu’elle a trouvé la perle rare.
Pourtant derrière l’idylle le pire se prépare. Si l’amour est un masque, la joie et le bonheur n’en seraient-ils que les pâles reflets ? Derrière ses airs enjôleurs, Estelle ne devine pas qu’elle est en train de tomber dans les mains d’un pervers narcissique qui va peu à peu l’éloigner des siens. Humiliations, brimades, violence psychologique et sexuelle, Estelle subit de nombreux affronts dans le seul but de la soumettre.
Sous son emprise, c’est l’histoire de toutes ces femmes qui vivent ou qui ont un jour vécu sous le joug d’un manipulateur narcissique. Pour s’en sortir, Estelle devra ouvrir les yeux sur sa condition en tant que femme soumise mais elle devra également réapprendre à penser par elle-même et à s’affirmer. Sa seule force de caractère et le soutien sans faille d’un nouvel allié lui permettront-ils de franchir les nombreux obstacles qui se dressent devant la voie de la liberté ?

Alors, voici un thème assez dur à traiter, néanmoins l’auteure a su le faire sans entrer dans le pathos ou la lourdeur.

Tout part d’une histoire d’amour simple, belle, et comme chacun de nous aurait pu la vivre. Aloïsia Nidhead nous entraîne dans son récit de manière douce et insidieuse, sans que nous puissions nous rendre compte des malheurs qui vont arriver, malgré les petits indices tels que la distance mise entre l’héroïne et ses proches. Nous nous faisons donc piéger, comme l’a vécu la pauvre Estelle. Ainsi, nous sommes vite plongés dans une ambiance angoissée, mais pas angoissante, et c’est un joli tour de passe passe qui est effectué ici. La lecture se fait vite, les personnages sont attachants, et même si nous parlons beaucoup du problème des violences conjugales dans les médias, et que cette histoire suit un format déjà bien exploité, il n’y a ici aucun cliché. Avec beaucoup de douceur et de psychologie, l’auteure nous démontre que tout ceci peut arriver à n’importe qui, sans même que l’on s’en rende compte.

Un aspect m’a néanmoins laissée largement dubitative.

En effet, cette histoire se déroule en deux tomes. Le premier donc, d’environ 200 pages, se termine sans se terminer, et nous oblige à acheter le deuxième tome pour avoir la finalité de l’action commencée dans le prologue. Cela me gêne, car c’est pour moi à la limite de la vente forcée. J’ai lu de nombreuses histoires en plusieurs volumes, et j’ai toujours apprécié que les auteurs terminent chacun de leur tome (voir chronique L’Arme Ultime : L’Hybride, de Sarah Lacote, chez votre dévouée 😉 ). Ce qui n’est absolument pas le cas ici, et n’ayant ni le deuxième tome, ni les moyens de me l’offrir, j’en sors frustrée, et j’avoue en vouloir un peu à l’auteure….. De plus, la sortie en plusieurs fois se justifie sur des bouquins de 400 pages et plus… mais pas sur un bouquin de 200 pages….

C’est vraiment dommage, car j’ai été agréablement surprise par cette histoire, traitée de manière fine et très juste!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s