Non classé

Attention! Votre blog déménage!!!

Chers abonnés,

Pour plus de contenu et de services, le Cochon Littéraire déménage sur le site http://www.bouquinerie.me!

Le contenu sera le même, mais directement sur le site de vente, il sera plus facile pour vous d’aller fouiner dans la bibliothèque de la bouquiniste!!

N’oubliez pas néanmoins de vous abonner pour suivre l’actu et les lectures!

A tout de suite alors, juste ici!

Publicités
Ecrits, Pensées, qui Content·Non classé

Je sais pas trop d’où ça vient, alors je le pose là….

Dieu! Qu’est ce que j’ai pu pester contre toi en bientôt dix ans!

Je souffrais, et j’ai voulu que ce soit toi qui me fasses souffrir.

Je voulais une passion, et j’ai provoqué des avalanches pour la sentir rouler sur moi.

Je n’avais rien compris…

J’ai toujours cru que la souffrance faisait partie de l’amour. Elle en fait partie, bien sûr, mais elle n’est pas. C’est la mienne, c’est la tienne, qui sont censées être partagées, et que je t’ai fait subir. Je t’ai voulu mon père, je t’ai voulu celui là, qui m’a battue pour que je l’aime, et celui là, dont j’ai toujours voulu qu’il m’aime. Je t’ai fait tout mon passé, alors que tu étais tout mon présent…

Je n’avais rien compris…

La souffrance, on l’a vue, merci. On l’a vécue, chacun a notre manière. Nous avons, ensemble,  littéralement vu ma mère mourir, alors que notre enfant, notre vie à nous, essayait de naître, de grandir. Et j’ai voulu t’en vouloir de ne pas souffrir autant que moi. Alors que tu le faisais peut être plus.

J’ai, inconsciemment, exigé plus de toi, parce que je désirais mieux que moi.

Je n’avais rien compris…

Aujourd’hui, au bout de presque dix ans ensemble, tu es toujours là. Si, là, je te sens tout contre moi, même quand tu n’y es pas.

On ne se dispute pas, on ne vit pas de drames, de grandes passions comme dans les livres. Mais on vit. Tous les trois, mais quand même tous les deux. On ne part pas en voyage, on ne vit pas d’aventures épiques, on ne mange pas des homards aux chandelles. On vit.

J’ai tout compris.

Moi qui ai toujours été intimement persuadée que la vie brûlait comme les cordes d’une guitare électrique, je me trouve confortablement surprise part le bercement de celles d’un violoncelle. Immense. Brillant. Indestructible. Sensuel. Beau. Toujours plus beau.

On a tout compris.

Nous connaissons chaque parcelle de nos corps. Chacune d’entre elles se touchent, vivent, respirent entre elles, millions de cellules qui se mélangent, s’attirent, forment une danse inconnue à nos yeux dans l’intimité de notre sommeil. Et nous avons la chance, à nos âges, d’entamer une partie de nos vies où ces corps, que nous connaissons parfaitement, commencent à changer pour vieillir peu à peu. Nous avons cette chance, dans cette confiance et cette plénitude totales, de voir naître ces rides qui subliment notre regard. Ton regard. J’ai la chance  de fondre toujours un peu plus, d’être encore passionnément séduite.

Nous nous sommes mariés vite, pour que ma mère puisse le vivre.

Mais je redécouvre chaque jour, maintenant, près de toi, l’exacte et magnifique simplicité du mot mariage.

Jusqu’à il y a encore quelque mois, je pensais à moi comme à une orpheline. Aujourd’hui, j’ai compris. Je ne suis pas épouse, je ne suis pas mère. Je suis moi. Et je le suis parce que tu es toi.

Auto édités et indépendants

Lola, Lion et Bess – La Marquise de Carabas

Une chronique un peu tardive, car j’ai relu ce bouquin juste aujourd’hui!

Pourquoi? Tout simplement pour savoir si la magie opérait encore, et c’est le cas!

Et pourtant, il s’agit là d’une littérature à laquelle je suis totalement hermétique : la littérature érotique! Mais Dieu! Que c’est bon!!!! Et tiens, d’ailleurs j’assume :

téléchargement

Lola, Lion et Bess, ce sont trois étudiants, amis d’enfance, qui, alors qu’ils vont passer leur premier Noël loin de leur famille, vont se livrer à quelques jeux érotiques.

Alors, c’est clairement assumé, et ce, dès les premières pages! Mais attention! Pas de sado maso, de soumission, de gaine et de jarretières…. La seule arme de la Marquise, c’est une infinie tendresse!!!

Car ces petits jeux, présentés sous forme de calendrier de l’Avent j’ai envie de dire, révèle également une amitié amoureuse entre ces trois là!

Et cela donne une relation aussi fraîche que chaude, des petites scènes à déguster comme un chocolat sous la couette, et surtout, surtout, c’est dingue tout l’amour que l’auteure a su mettre dans si peu de pages!!!!

Alors, pour un dimanche soir sous la couette, seul, à deux ou…. ben comme vous voulez!!!!

C’est aussi bien ressenti que bien écrit, alors on y va, c’est par ici!!

Auto édités et indépendants

Sous son emprise, Tome 1 la Proie – Aloïsia Nidhead

Merci tout d’abord à Virginie de m’avoir fait découvrir cette jeune auteure!

Voici un bouquin bien sympathique, mais qui m’a tout de même laissée mi-figue, mi-raisin…. Je vous laisse tout d’abord découvrir l’histoire :

Fraîchement sortie d’une histoire d’amour qui lui a laissé un goût amer, Estelle ne pensait pas retomber si vite amoureuse. Trop vite peut-être… Installation, projets communs, les événements s’enchaînent rapidement. Paul est un jeune homme charismatique. Toujours volontaire pour aider son prochain, il est très apprécié dans la région, ce qui laisse penser à Estelle qu’elle a trouvé la perle rare.
Pourtant derrière l’idylle le pire se prépare. Si l’amour est un masque, la joie et le bonheur n’en seraient-ils que les pâles reflets ? Derrière ses airs enjôleurs, Estelle ne devine pas qu’elle est en train de tomber dans les mains d’un pervers narcissique qui va peu à peu l’éloigner des siens. Humiliations, brimades, violence psychologique et sexuelle, Estelle subit de nombreux affronts dans le seul but de la soumettre.
Sous son emprise, c’est l’histoire de toutes ces femmes qui vivent ou qui ont un jour vécu sous le joug d’un manipulateur narcissique. Pour s’en sortir, Estelle devra ouvrir les yeux sur sa condition en tant que femme soumise mais elle devra également réapprendre à penser par elle-même et à s’affirmer. Sa seule force de caractère et le soutien sans faille d’un nouvel allié lui permettront-ils de franchir les nombreux obstacles qui se dressent devant la voie de la liberté ?

Alors, voici un thème assez dur à traiter, néanmoins l’auteure a su le faire sans entrer dans le pathos ou la lourdeur.

Tout part d’une histoire d’amour simple, belle, et comme chacun de nous aurait pu la vivre. Aloïsia Nidhead nous entraîne dans son récit de manière douce et insidieuse, sans que nous puissions nous rendre compte des malheurs qui vont arriver, malgré les petits indices tels que la distance mise entre l’héroïne et ses proches. Nous nous faisons donc piéger, comme l’a vécu la pauvre Estelle. Ainsi, nous sommes vite plongés dans une ambiance angoissée, mais pas angoissante, et c’est un joli tour de passe passe qui est effectué ici. La lecture se fait vite, les personnages sont attachants, et même si nous parlons beaucoup du problème des violences conjugales dans les médias, et que cette histoire suit un format déjà bien exploité, il n’y a ici aucun cliché. Avec beaucoup de douceur et de psychologie, l’auteure nous démontre que tout ceci peut arriver à n’importe qui, sans même que l’on s’en rende compte.

Un aspect m’a néanmoins laissée largement dubitative.

En effet, cette histoire se déroule en deux tomes. Le premier donc, d’environ 200 pages, se termine sans se terminer, et nous oblige à acheter le deuxième tome pour avoir la finalité de l’action commencée dans le prologue. Cela me gêne, car c’est pour moi à la limite de la vente forcée. J’ai lu de nombreuses histoires en plusieurs volumes, et j’ai toujours apprécié que les auteurs terminent chacun de leur tome (voir chronique L’Arme Ultime : L’Hybride, de Sarah Lacote, chez votre dévouée 😉 ). Ce qui n’est absolument pas le cas ici, et n’ayant ni le deuxième tome, ni les moyens de me l’offrir, j’en sors frustrée, et j’avoue en vouloir un peu à l’auteure….. De plus, la sortie en plusieurs fois se justifie sur des bouquins de 400 pages et plus… mais pas sur un bouquin de 200 pages….

C’est vraiment dommage, car j’ai été agréablement surprise par cette histoire, traitée de manière fine et très juste!

Dans votre bouquinerie

Première sortie de la Librairie Itinérante, compte rendu!

Bonjour à tous!

Comme vous le savez, cette année 2018 amorce un changement radical dans l’organisation de la bouquinerie!

Si les objectifs restent les mêmes : la culture pour tous et par tous, le mode de vente se fera désormais de manière itinérante!

Et pour cette première « vente en réunion », j’ai eu l’opportunité de présenter les auteurs indépendants au Salon de Thé « le Grain de Café » à Saint Gaudens (31800). Je remercie tout d’abord Hubert et Martine de leur accueil! Il n’y aurait pas pu avoir de meilleur endroit pour un moment cocooning autour des livres!

Premier constat donc pour cette sortie : les lecteurs se montrent réceptifs à l’auto-édition. Néanmoins, ce mode d’édition encore nouveau, allié à un mode de distribution qui l’est encore plus, demande un gros travail de présentation des auteurs et de leurs livres. C’est pourquoi une présentation a un groupe « restreint », une disponibilité entière et une connaissance parfaite des livres présentés sont indispensables !

Deuxième constat : ça fonctionne! Même si ce format s’apparente à une vente en réunion, le fait de s’investir pour défendre des auteurs de qualité, la passion mise dans cette démarche créé une ambiance de partage, propice à la découverte!

Troisième constat : l’échange entre l’établissement qui m’accueille et moi même est complet, puisque ce genre d’événements fait découvrir de nouveaux endroits à des lecteurs, et la qualité des produits proposés incitent les clients à revenir pour lire leurs bouquins dans un endroit cosy!

Ainsi, une belle réussite pour cette première, qui m’encourage à découvrir de nouveaux « points de chute » pour ces événements!

Et si vous êtes intéressés pour accueillir une vente en réunion, n’hésitez pas à me contacter!!!

Et, pour vous tous qui me suivez et qui veulent se faire plaisir, n’oubliez pas d’aller faire un tour sur mon site , ou de belles nouveautés vous attendent, comme les boxs livresques!!!

Non classé

Enfants d’entrepreneurs – à eux la parole! Justin, 6 ans, papa ouvrier qualifié et maman entrepreneuse

Comment t’appelles tu et quel âge as tu?

Justin, et j’ai 6 ans!

Que font tes parents?

Y’en a un qui regarde trop le téléphone, et y’en a un qui regarde trop la télé!

Ok… mais comme métier?

Papa il affûte du bois et maman elle fait la boutique de livres et de thé ( Papa affûteur dans une scierie et maman gérante d’une bouquinerie-salon de thé)

Qu’est ce que tu trouves de bien dans le métier de tes parents?

Quand papa m’amène dans son travail, c’est très chouette, et quand je lis au travail de maman.

Et qu’est ce qui est nul?

Qu’ils travaillent trop.

Qu’est ce que tu aimerais changer dans le travail de papa et maman?

Qu’ils travaillent plus!

Mais, ils n’auraient plus de sous!

C’est pas grave, on a qu’a prendre les sous de la boutique de maman!

Qu’est ce qui est bien dans ta vie?

Quand on va ensemble chez Tatie ou chez Papy et Mamie!

Qu’est ce qui est nul?

Quand on est à l’école.

Qu’est ce que tu veux faire quand tu seras plus grand?

Danseuse en tutu! Non, c’est une blague, je sais pas encore!

As-tu quelque chose à rajouter?

Non, j’ai faim….

 

Non classé

Entrepreneurs, Qui sont-ils? Sybil Barbero – Coach Hoalistique

Sybil, bonjour! Peux tu te présenter rapidement?

Bonjour! J’ai 32 ans, un petit Pryam de 6 ans1/2, je vis en couple à Castres, et je suis thérapeute coach-hoalistique!

Combien d’années de salariat as-tu vécues avant de te lancer?

8 ans, en comptant une période d’apprentissage.

« Thérapeute et coach hoalistique »…. Qu’est ce que quoi qu’est ce? Peux tu nous en parler?

J’aide, je guide et je soigne les personnes, dans leur ensemble,  à l’aide de différents outils : l’équilibrage des chakras, la cartomancie, le pendule, la guidance et la médiumnité. Je ne prétends aucunement leur donner de réponses, j’aspire plus à les guider dans leur cheminement.

Est-ce ta première expérience entrepreneuriale? 

Non, car j’ai créé en septembre 2014 la SARL Sybil’in, une boutique de robes de mariée dans le centre ville de Castres. Je m’investissais dans le rêve de princesses des futures mariées en proposant, ajustant leur robe idéale. Malheureusement, la mauvaise conjoncture des centre-villes, le manque de financements et l’incompatibilité avec mon emploi du temps de maman célib’ ont entraînés sa fermeture en juillet 2016.

D’après toi, quelles sont les difficultés pour s’installer en tant qu’entrepreneur-e (ouais, c’est toujours pénible!!!)?

Le manque d’informations! Autant en tant que SARL qu’en auto-entreprise! Il faut toujours devancer les contraintes ou les aides possibles, être à l’affût de la moindre info! Rien n’est centralisé, il faut être perspicace et fouineur!

Comment fais- tu pour te faire connaître et pour créer ta clientèle?

Je travaille ma visibilité sur les réseaux sociaux à l’aide de groupes dédiés à mon activité. Le bouche à oreilles fonctionne pas mal, et j’ai eu également fait du bénévolat pour montrer l’efficacité de mon travail à mes clients. De l’action pour prouver!!

Pourquoi les clients te choisissent-ils?

Ma personnalité franche et honnête leur offre une vision profonde et sans détour des causes de leur mal-être, ou des aspects de leur vies à améliorer. « Médiumnité » est un terme très catalogué! Mais je n’aborde pas les choses à la « Christine H »! 😉  Je suis plus dans dans le cheminement que dans la prédiction. Ma sensibilité me permet de faire plus un travail de développement personnel. Rien ne tombe tout cuit. Il faut travailler pour obtenir le meilleur de nous-même!

Un dernier mot pour les futurs ou jeunes entrepreneurs? 

Bon courage!! 😉 Ne lâchez rien! Utilisez les réseaux existants pour vous informer et vous soutenir, comme les Mam’s Preneurs par exemple!!!

Pour profiter des bons conseils de Sybil, (testés et approuvés!) c’est par ici!